LE corbac et le goupil

LE CORBAC ET LE GOUPIL
------------------------------------------------------------------------

Un pignouf de corbac sur un abri planqué
S’envoyait par la fiole un coulant barraqué.
Un goupil n’ayant eu qu’un cent d’clous pour bectance,
S’en vint lui dégoiser un tantinet jactance
:
Salut, dab croasseur
! Lui bonnit-il d’autor.
En disant qu’t’es l’plus beau, j’ai pas peur d’avoir tort
!
Si tu pousses la gueulante aussi bien qu’t’es nippé,
T’es l’mecton à la r’dresse des mectons du boicqué
! «
À ces ragots guincheurs qui n’étaient pas mariolles,
Le corbac lui balance le roulant par la fiolle.
" Enlevé, c’est pesé, j’tai baisé, dit l’goupil.
Fais bien gaffe aux p’tits gonzes qui t’la font à l’estoc,
Et t’gazouillent par la couâne des bobards à l’esbroff. "

Bernard Gelval
Version argotique dont on connaît le créateur
: Bernard Gelval. Elle parut en 1945 dans une traduction en argot des Fables de La Fontaine. Le fantaisiste Yves Deniau la reprenait sur scène (dans l’après-guerre).

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site