JEan-Pholippe Vallette


Au XVIII e siècle, on verra fleurir des chansons à « vocation pédagogique » construites sur des airs populaires, et dont les textes s’inspirent très fortement des célèbres Fables. En 1749, Jean-Philippe Valette met en chansons plusieurs « fables choisies dans le goût de Monsieur de La Fontaine ».

JEAN-PHILIPPE VALETTE

 

LA FOURMI ET LA CIGALE
L’OISIVETÉ
SUR L’AIR DE : « QUI L’ENTEND MIEUX »
(CHANT 1)
Pendant l’été
À l’ombre chantait la Cigale
Pendant l’été
Nuit et jour dans l’Oisiveté :
Mais la Fourmi sans intervalle

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×