Fables et parodies.


Autour de la très célèbre fable "La cigale et la fourmi"

Parodie de Jean ANOUILH

La cigale et la fourmi de Pierre Perret (en argot)

La fourmi et la cigale de Françoise Sagan

L'abeille et la fourmi de Jussieu (XIXème siècle)

Satire sur Françoise de Montalais (dite la Cigale) Er Françoise de Grignan, M lle De Sévigné (1694)
(LA CIGALE ET LA FOURMI)

La cigale, Jean Anouilh

LA cimaise et la fraction, Raymond QUENEAU

 La cigale et la fourmi, Boisard (1744-1833)

 

Le renard et le corbeau

Le corbeau et le renard, Henri Richer, Fables nouvelles mises en vers, 1729.

le corbeau et le renard

 

 

Le chêne et le roseau

 

le chêne et le roseau

 

LE loup et l'agneau

Loulou et le poivrot

 

 

Le lièvre et la tortue

 

Le MAtheux et le Fumiste

 

Quelques fables de Léonard de Vinci

 

La Fourmi et la Graine de Millet
La Fourmi trouva une graine de millet qui, se sentant prise au piège, s’écria : ‘Si tu me fais la grâce de me laisser assouvir mon désir de naître, je te rendrai cent moi-même en retour’. Ce qui fut fait »

Le Faucon
« Le faucon ne pouvait souffrir que le canard se cachât en plongeant sous l’eau et qu’ainsi il lui échappât : il voulut suivre sa proie. Mais il se mouilla les plumes, resta prisonnier de l’eau et s’y noya, tandis que le canard volait de nouveau dans les airs en se moquant de lui »

Le Disciple de Pythagore
« Se réclamant de l’autorité de Pythagore, un homme essayait de prouver qu’il avait déjà été au monde avant cette vie-ci. Comme l’un des présents l’empêchait de terminer sa démonstration, il lui dit : ‘Et comme preuve que j’ai vécu autrefois, je me souviens que toi, étais meunier’. Piqué au vif par ces mots, l’autre confirma que cela était vrai, et ajouta : ‘la preuve, c’est que toi, tu étais l’âne qui portait mes sacs de farine »

 

LA lionne

Armés de pierres, armés d'épieux, les chasseurs étaient maintenant tout près. La lionne, qui allaitait ses petits, les avait vus trop tard. Impossible de fuir tous ensemble maintenant, - les lionceaux n'étaient pas encore capables de courir comme il le fallait.

La lionne frissonna, et faillit s'échapper,-seule. Mais ses enfants ! ... Non, plutôt périr que les livrer. Alors se raidissant, résolue et superbe, elle se jeta d'un bond au milieu des chasseurs, et lutta.

Vaincre sa peur, prendre sur soi,

Est plus facile qu'on ne croit,

Et bien souvent, foi de Vinci,

On conserve par là sa vie et ses petits.

 

 

L'enfant-océan, de Mourlevat

Réécriture moderne intéressante du petit Poucet. L"histoire est un peu complexe au début, plusieurs narrateurs tour à tour, très bien pour les amateurs de contes de fée.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×