Amour commun

Aurélien, de Louis ARAGON
Raconte comment un homme tombe fou amoureux d une femme qui au départ ne lui plaisait pas. Il reconnait que cette femme est somme toute assez commune, mais ses imperfections, dont il est parfaitement conscient, le charment. Lhistoire est beaucoup plus complexe.

Du côté de chez Swann, de Marcel PROUST
Un peu sur le même principe, un homme très cultivé de la bonne société tombe amoureux d une cocotte réputée très séduisante, et donc chic, mais qui ne lui plait pas la première fois qu il la voit. Il est parfaitement conscient de ses lacunes, tant au niveau du gôut que des connaissances, mais il devient dépendant de cette femme et fou de jalousie. Il faut le lire. La dernière phrase du livre est vraiment terrible.

L amour aux temps du choléra, Gabriel Garcia MARQUEZ

L histoire est somme toute assez banale, mais remarquablement bien écrite. L histoire d un couple comme il faut, dont l amour conjugal est une réussite, vu à la fois de l extérieur et de l intérieur, mais qui ne se laisse pas enfermer dans un stéréotype. La psychologie est très fine. Histoire d un deuxième amour, d une sorte de seconde vie après la mort (de l époux), et en gros l histoire d une passion, peut être là où on ne l attendrait pas. Le personnage féminin a du caractère. Ce qui m a plu avant tout, c est à la fois la banalité et la profondeur de l histoire, l aspect inattendu aussi.

 

Grec cherche grecque, Friedrich Durenmatt.

 Le livre commence dans un petit univers étriqué,  très soigneusement hiérarchisé, sans place pour la fantaisie ou simplement ce qui n'est pas ordinaire, l'univers d'un fonctionnaire terriblement ennuyeux et méticuleux, et plus encore prévisible. Et l'écriture est bien sage, parfaitement régulière et maîtrisée, de quoi installer le lecteur dans uneroutine particulièrement banale et endormir sa méfiance.

Et puis soudain... Chloé apparaît et on tombe dans le délire le plus complet,  le texte s'emballe, se transforme en mascarade de plus en plus loufoque, l'absurde submerge le texte, c'est un véritable feu d'artifice qui en met plein la vue, on perd pied, on se demande où est-ce qu'on est,  mais tout finit par trouver son explication et rentrer dans l'ordre.

 C'est tout bonnement vertigineux et génial ! ! ! Un grand souvenir.

L'insoutenable légèreté de l'être, KUNDERA

grand souvenir qui date un peu. Le personnage de Théreza, aimée par un docteur grand amateur de femmes, était, je crois, particulièrement attachant. De nombreuses réflexions sur l'amour dans le livre. Un beau film est sorti sur ce livre. J'ai beaucoup aimé Kundera à une période. Plus lu depuis longtemps.

 

 

 

 

Proposez vos oeuvres

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×